lundi 16 avril 2018

La mer est entrée dans la grange de la Petite Librairie avec Lili F. et y restera longtemps


Ce fut un événement.
Quelque chose bouleversant les habitudes de lecture et d'écoute.
Ce qui fait trembler la terre et entrer la mer dans la petite librairie.
Que Lili Frikh en soit remerciée et ceux venus l'écouter qui font vivre le poème.
Carnet sans bord est sur la table.
On peut venir encore en chercher.
Le livre ne s'épuise pas.
Comme la mer et la voix, se renouvelle sans cesse.


C'est une chance pour cette maison de devenir un peu plus marine à chaque voix.
N'hésitez pas y venir/revenir, elle a besoin de votre écoute.
Du silence qui hier habitait entre nous.
Et faisait du bien.

N'hésitez pas à venir.
A mettre à jour votre cotisation.
La poésie a un prix.

Celui de nos vies.




lundi 2 avril 2018

Lili Frikh 15 avril à 15 heures Petite Librairie des Champs





Chers amis de la petite Librairie des champs,
le dimanche 15 avril nous aurons le grand plaisir de recevoir Lili Frikh pour Carnet sans bord publié à la Rumeur Libre.
Lecture à 15 heures

Possibilité de nous retrouver à 13 heures pour un repas partagé.


Lili Frikh fait des études de philosophie à Montpellier et oublie... Après Lalala sorti chez Polygram Paris, album "CHOC" dans Le Monde de la musique et sa Peinture sans Peinture qui reçoit le prix de l'Élan Créateur, elle écrit un premier livre, BLEU/ciel non compris, préface Alain Borer, Ed Gros Textes. Extrêmement sensible aux nouvelles données de création, elle poursuit un dialogue sans limite à travers un album d'ambiant électronique et poésie, Tu t'appelles comment?, Editions f4, Berlin.
En 2017, elle publie Carnet sans bord , La rumeur libre éditions.



samedi 3 mars 2018

Prochaine Petite Librairie: 18 mars avec Denis Hirson à 15 heures

Nous accueillerons le dimanche 18 mars 
à 15 heures
le poète Denis Hirson à l'occasion de la publication de son dernier livre paru en Points Seuil:
 Ma langue au Chat



Denis Hirson est né en 1951 à Cambridge en Angleterre. Il a vécu jusqu’à l’âge de 22 ans en Afrique du Sud où il a fait des études d’anthropologie, avant de s’installer définitivement en France en 1975. Il est maître de conférence en anglais à l’Ecole polytechnique et écrivain. Il a publié sept livres qui portent sur la mémoire des années d’apartheid, dont, en français, La maison hors les murs  (éd. Autrement, 1988) et un recueil de poèmes, Jardiner dans le noir (Le Temps qu’il fait, 2007). Il a dirigé trois anthologies en français, Poèmes d’Afrique du Sud (Actes sud, 2000), Afrique du sud, une traversée littéraire (Philippe Rey/ Institut français 2010) et Pas de blessure, pas d’histoire (Maison de la poésie Rhône-Alpes/ Biennale internationale des poètes en Val-de-Marne, 2013).  Son roman The Dancing and the Death on Lemon Street a été publié par Jacana (Johannesburg) en 2011. Ma langue au chat, le premier livre qu’il a écrit directement en français, est sorti aux éditions Points/ Seuil en octobre 2017. Footnotes for the Panther, dix conversations avec William Kentridge, est paru fin 2017 en Afrique du Sud.  

Il nous parlera de son travail et lira des extraits de son dernier livre.
Possibilité de repas partagé (pique nique) à 13 heures.


La veille, le 17 mars Sylvie Durbec sera à la Librairie Lettres Vives de Tarascon et accueillera à 17 heures Denis Hirson dans le cadre du Printemps des poètes.
Lectures partagées.

mercredi 7 février 2018

Edith Azam! Le 24 et 25 février!


Chers amis de la Petite Librairie,

Après la belle soirée Fondane/Cesco Résia du 3 février, nous vous invitons à une nouvelle rencontre :
Edith Azam, poète et plasticienne,
à l’œuvre multiple et singulière
que nous aurons le plaisir d’accueillir le samedi 24 février et le dimanche 25 février :

Elle exposera ses dessins,
animera un atelier et fera une lecture.

Dessin Edith Azam

Programme :

     Samedi 24 février de 10 à 12 heures 30 : atelier écriture/dessin
   (inscriptions obligatoires, 10 euros)

Vernissage de l’exposition à 17 heures
Lecture à 18 heures

Dimanche 25 février à 11h : rencontre avec Edith Azam
                        autour de son exposition et de son travail d’écriture.

                                               Repas partagé possible.

dimanche 4 février 2018

Une très belle soirée, un public attentif à la poésie de Benjamin Fondane

Merci à Alain Cesco-Résia de cette belle soirée en hommage à Benjamin Fondane!

Photo SD
"Marseille, tu chargeas les cales du bateau
d'émigrants qui montaient sous 'oeil de la police,
ils sentaient la fatigue, l'ail,
ils étaient loquteux et bredouilles.
- Où allez-vous mes frères ?"
Photo SD

dimanche 21 janvier 2018

Fondane et Alain Cesco-Résia à la Petite Librairie le 3 février à 20 heures

Chers amis de la Petite Librairie des Champs, d’abord recevez nos meilleurs voeux pour cette année 2018 où nous fêterons les 10 ans de notre association avec une programmation riche en événements : 

Edith Azam le 23, 24 et 25 février, vernissage expo, lectures, ateliers
Denis Hirson en mars (date à confirmer) 
Lili Frikh en avril en compagnie de Sandrine Cnudde, 
un atelier reliure en mai animé par Claude-Adélaïde Brémond 
une fête de la poésie début juillet 
et en septembre la lauréate du prix Bernard Vargaftig, Amandine Monin !
N’oubliez pas de nous soutenir en adhérant et
contribuant ainsi à la vie de l’association ( 15 euros)!

Nous aurons le plaisir de recevoir Alain-Cesco-Résia le samedi 3 février à 20 heures pour écouter des extraits du Mal des fantômes de Benjamin Fondane. (participation : 8 euros/goûter partagé)

Le mal des fantômes
de Benjamin Fondane
Alain Cesco-Résia


Benjamin Fondane, juif roumain, d’origine allemande, opte pour la France comme seconde patrie. Ce pèlerin du Monde nous renvoie sans cesse au questionnement de l’autre, il a observé tant d’âmes humaines qu’il en a perçu les failles, l’unicité de chaque vie face au vide existentiel, trouvant un début de réponse dans la mystique de la poésie, mêlant le surréel de l’imaginaire au réel.

Benjamin Fondane écrit comme on filme, le spectateur devient acteur du récit qu’il entend.

Sa pensée est intemporelle, sa pertinence est urgente, il faut se saisir de cette écriture pour en parler.



Quelques extraits de presse:

A. Cesco-Résia est habité par ce texte qui, au-delà de l’expérience d’un seul, nous transmet celle d’une commune destinée. Grâce à ce comédien inspiré, nous avons réellement rencontré, réellement entendu et compris celui-là qui s’est confié à nous en nous disant : « c’est à vous que je parle ; j’ai été un homme comme tous les autres hommes ».

Stéphane Gilbart – Luxembourg Wort

Mais jamais on entend aussi bien le cri de Fondane et le mal des immigrés – « aidez moi à devenir un autre ! » – que lorsque l’interprète « se pose » et regarde son public dans les yeux… Il est alors bouleversant.

Danièle Carras – La Provence

un film intéressant sur l’oeuvre de Fondane:
https://youtu.be/9oFygwg52DY

Pour préparer la soirée Benjamin Fondane du 3 février à 20 heures


Un court documentaire sur le seul film qu'a réalisé Benjamin Fondane en Argentine, Tararira, où l'on peut croiser Victoria Ocampo et bien  d'autres encore, une aventure de liberté et de création  :
 
https://youtu.be/9oFygwg52DY


Quelques informations au sujet du poète Benjamin Fondane
 
 (...)
FONDANE est d'origine allemande (de son vrai nom WECHSLER),
roumain, juif, citoyen du monde.
Alors qu'autour de lui se font entendre les bruits de bottes et les exaspérations nationalistes, reliées par les certitudes religieuses et malgré une clairvoyance pessimiste, sa poésie annonce l’avènement d’un homme à venir.   
II opte pour la France comme seconde patrie, port d'attache culturel, en quête d'une reconnaissance littéraire.
Mais aussi parce que ce pays représente Ie berceau des Droits de l'Homme, de la philosophie, des arts, terreau du Siècle des Lumières, terre d'accueil de l'exode des peuples d'EUROPE centrale et de la RUSSIE ...

II devient français par naturalisation. En 1940 il est soldat et vit la débâcle, il refuse de porter I'étoile jaune à PARIS, il est trahi en 44 et disparaît avec sa soeur en déportation.

Ce pèlerin du Monde nous renvoie sans cesse au questionnement de I'autre. Il a observé tant d'âmes humaines qu'il en a perçu les failles et l'unicité de chaque vie face au vide existentiel, trouvant un début de réponse dans la mystique de la poésie, mêlant Ie surréel de l'imaginaire au réel.
FONDANE écrit comme on filme. Le spectateur devient acteur du récit qu'il entend, il est le voyageur porté par le texte, I'oralité particulière de I'écriture fait spectacle.
Les propos de son écriture, la philosophie qui en émane, sont des thèmes qui me sont essentiels. La place de la poésie, silence nécessaire, lieu possible du sacré, vient à nous comme une bouffée d'oxygène dans le grand vacarme des hommes.

La pensée de FONDANE est intemporelle, sa pertinence est urgente, il faut se saisir de cette écriture pour en parler.

A. CESCO-RESIA